Ils parlent de nous

dans La Montagne :

Les arbres du Domaine Royal de Randan doivent encore battre la cadence de la musique du Sirba Octet.

Tantz !

Chronique Culture d’Elodie Fondacci

Elodie Fondacci,
Radio Classique, 15 octobre 2015

Classic Club

Lionel Esparza,
France Musique, 19 janvier 2016

En direct de l’Hôtel Bedford, Patrick Barbier, le Sirba Octet (Richard Schmoucler, Bernard Cazauran, Cyrille Lehn)

Dansons la musique classiqueworld !

Jean-Christophe le Toquin,
Resmusica, 8 janvier 2016

Un contraste émotionnel typique de ces musiques, et un croisement entre savoir-faire de la musique classique et vitalité de la musique du monde, qui sont bien en phase avec les besoins de notre époque.

Du grand art

Jean-Luc Caradec,
La Terrasse, novembre 2015

Précision rythmique, virtuosité instrumentale, sophistication du son, en ­passant dans les doigts des musiciens classiques (tous ou presque membres de l’Orchestre de paris) du Sirba Octet, les musiques tziganes ou klezmers se livrent soudain comme éclairées d’une lumière différente, taillées comme on le  ferait d’un diamant.

Fantaisie en tzigane majeur

Christian Merlin,
Le Figaro, 19 novembre 2015

C’est d’abord un des disques les plus festifs entendus depuis des années. Avec Tantz !, les huit complices du Sirba Octet réussissent leur programme le plus abouti. [..] Magnifique exemple de synthèse réussie, fantaisie tzigane et rigueur classique ne se sont jamais aussi bien complétées. Laissez-vous gagner par cette joie d’où la nostalgie n’est jamais totalement absente.

FIP Classic Bazar

Julien Bienaimé,
FIP, 14 juin 2015

Le dimance 14 juin 2015, pour le dernier Fip Classic Bazar de la saison, Caroline Ostermann et Julien Bienaimé recevaient le prometteur Quatuor Bergen, le ténor lyrique Julien Behr, le chanteur Bastien Lallemant et l’ensemble Sirba Octet.

La Bande passante

Antoine Lalanne-Desmet,
RFI, octobre 2015

Le Sirba Octet, huit musiciens emmenés par Richard Schmoucler sortent leur cinquième album « Tantz ! ». Un voyage musical en Europe de l’Est au gré des musiques Klezmer et tzigane. Première étape du périple à la Philharmonie de Paris avec Antoine Lalanne-Desmet.

La Matinale de France Musique

Vincent Josse - Nicolas Lafite,
France Musique, 21 octobre 2015

La musique en accents libres

Guillaume Tion,
Libération, octobre 2015

Une semaine qui nous touche, avec l’énergique nostalgie klezmer du Sirba Octet.

La musique klezmer en majesté

France TV Info, juillet 2016

Si l’on est un peu connaisseur, on reconnait les particularités de la musique hongroise, le duo lassu/ friss (lent-vif), cela commence dans une cadence de sanglots, presque immobiles, déchirant l’âme et puis, tout à coup, cela s’accélère, cela devient endiablé, frénétique, trop frénétique, un étourdissement de rires, pour ne pas avoir encore à pleurer.

Le Grand Classique

Thierry Geffrotin,
Europe 1, 25 octobre 2015

Sirba Octet : voyage au coeur de l’âme yiddish et tzigane

Le Sirba Octet aux Nuits de la Citadelle à Sisteron

Françoise Latour,
Haute Provence, 10 août 2016

Le Sirba Octet a fait danser et virevolter les notes pendant que le vent faisait danser les partitions. Ce fut une soirée de fraîcheur non pas par la température extérieure mais par la dextérité et les morceaux choisis ? Le titre Tantz ! définissait parfaitement la soirée. En effet, Tantz signifie danse en yiddish.

Le Sirba Octet fait virevolter les thèmes folkloriques

Anne Berthod,
Télérama, 11 novembre 2015

Ils réinventent le folklore klezmer
et les classiques de la musique tzigane,
de ballades poignantes en danses
virevoltantes [… ] Tantz ! donne
un avant-goût du classicisme élégant,
tourbillonnant, infiniment lyrique
de leur répertoire.

Le Sirba Octet traverse les frontières

Laurence Haziza,
Akadem, décembre 2015

Le magazine musical d’Akadem.

Les Carnets de la création

Aude Lavigne,
France Culture, 18 décembre 2015

Richard Schmoucler, violoniste et fondateur du Sirba Octet.

Les folles danses du Sirba Octet

Philippe Venturini,
Les Échos, 23 novembre 2015

Comme le laissent deviner le titre
yiddish et son point d’exclamation,
dressé comme un manifeste, l’essentiel
du programme donne des fourmis dans
les jambes […]. Voyage en première
classe grâce à l’étourdissante maîtrise
de chacun des musiciens.

Merci

Ivry Gitlis,
Dédicace, 30 septembre 2014

C’est un mémorial de la Vie ! d’une vie d’amour disparu, et c’est le seul témoignage, le seul possible témoignage que l’on peut
avoir finalement, le chant.

Musique à Fontmorigny a eu du succès

La Montagne, juin 2017

Les huit musiciens de l’ensemble Sirba Octet ont entraîné le public, venu en grand nombre dimanche à l’Abbaye.

Sirba Octet : itinérance de la musique et des hommes

Cinzia Rota,
Classic Agenda, 21 mai 2015

Le violoniste Richard Schmoucler nous parle du nouveau projet musical du Sirba Octet autour de l’itinérance de la musique et des hommes.

Tantz ! Klezmer & Gipsy Music

La vie, 15 octobre 2015

Ils en exaltent toute la puissance
lyrique, à coups de cordes tourbillonnantes,
de cuivres bondissants
et de cymbalum frénétique,
offrant à ce folklore les atours
élégants de la belle musique
savante occidentale

Télérama

Anne Berthod,
Télérama, avril 2017

Chemises noires, pupitres en ligne de mire et archets au garde-à-vous !

Un bonheur collectif communicatif

Christine Ducq,
La Revue du Spectacle, 8 novembre 2016

Un moment de convivialité et de fraternité bercé par la joie et la nostalgie des traditions klezmer et tsigane de l’Europe orientale, revisitées par des musiciens classiques.

Un programme qui donne des fourmis dans les jambes

Stéphane Friedrich,
Classica, novembre 2015

Comme le laissent deviner le titre yiddish et son point d’exclamation, dressé comme un manifeste, l’essentiel du programme donne des fourmis dans les jambes […]. Voyage en première classe grâce à l’étourdissante maîtrise de chacun des musiciens.

Une culture musicale n’empêche pas l’ouverture aux vents et aux sons du large.

Les Inrocks, 28 novembre 2015

Les cavalcades du cymbalum tzigane, les hoquets de la clarinette ashkénaze, les éclats de rire des violons et le gros bourdon de la contrebasse y sont interprétés comme musique de chambre, fantaisie de salon, distraction où passe l’intense folie irrémédiablement nostalgique de l’Europe de l’Est.

A Yiddishe Mame

Ballade sur les toits de Paris

La Voix du Nord, 2006

Sirba Octet composé de musiciens au talent exceptionnel […] a offert un spectacle haut en couleur. […] Usant avec brio de jeux musicaux, expansive, la formation entreprend un voyage riche d’enseignements, dans des interprétations tantôt nostalgiques et sensibles, tantôt humoristiques, laissant les instruments parler. L’auditoire en a gardé une énergie et une vitalité indescriptibles !

Délicieuse nostalgie

François Lafon,
Le Monde de la musique, janvier 2005

Les morceaux ont le parfum d’éphémère, la légèreté rêveuse de ces moments  de paix entre deux tourmentes.

Ils portent leur coeur au bout de leurs doigts

Christoph Eschenbach,
Dédicace, 2005

« Le Sirba Octet est un groupe de musiciens que j’affectionne particulièrement, ils sont très doués et ont une facilité instrumentale et musicale incomparable. C’est fascinant la manière dont ils projettent la joie pure de la musique. Ils portent leur coeur au bout de leurs doigts. » Christoph Eschenbach

Le Sirba Octet a joué à Randan

La Montagne, juillet 2014

Les arbres du Domaine Royal de Randan doivent encore battre la cadence de la musique du Sirba Octet.

Le Violon yiddish

Yutha Tep,
Cadences, 2005

Le tour de force du Sirba Octet : unir sophistication des arrangements et liberté interprétative éblouissante

Nuées d’allégresse

L'Estrade, mars 2014

Comme un appel au dialogue et à la tolérance, le Festival des Voix sacrées est une invitation à la rencontre des cultures qui unit dans un même souffle les voix juives, chrétiennes et musulmanes.

Du Shtetl à New York

Chroniques musique

Arnaud Merlin,
TGV Magazine, 2008

Le projet est vaste, évidemment très émouvant, et l’on commence dans les Shtetl d’Europe de l’Est avant de finir à Broadway.

Isabelle Georges Quand l’Amérique rêve en yiddish

Aude Lecat,
Tribune Juive, 2008

« Je me suis toujours demandé pourquoi j’avais cette obsession de Bei Mir, pourquoi en écoutant A Yiddishe Mame, j’avais l’impression de connaitre ce titre ».

L’odyssée yiddish vers Broadway

Michèle Fizaine,
Midi-Libre, 2010

Après les souvenirs d’Ukraine ou la danse hassidique, « Over the Rainbow » prend des couleurs particulières. La musique se nourrit des contes et des berceuses, des chansons murmurées par les mères à des enfants qui découvrent le jazz.

L’Odyssée Yiddish vers Broadway

Jean-Pierre Enaut,
Midi-Libre, 2009

[…] Les arrangements de Cyrille Lehn donnent à la fête sa folie tournoyante. Les huit musiciens venus de l’Orchestre de Paris, ont une virtuosité sidérante. […] Isabelle Georges est magnifique dans son interprétation personnelle. […] C’est une interprète exceptionnelle, sincère et profonde […].

La musique yiddish se marie à la comédie musicale, et ça pétille !

Laurent Beauvallet,
Ouest France, 1er janvier 2013

Devinette : qu’est-ce qui est gai, pétillant, et qui est servi le 1er jour de l’année ? Le concert du Nouvel an, proposé par l’ONPL ! Ce mardi 1er janvier, il avait invité le Sirba Octet et Isabelle Georges. Champagne !

Le groupe s’est soudé jusqu’à cet album feu d’artifice

Ivan Levaï,
Dédicace, 2009

[…] « Si les miracles n’ont lieu qu’une fois, celui-là n’a pas fini de se reproduire grâce à Isabelle l’enchanteresse et aux musiciens
magiciens de Sirba. De représentation en représentation et d’un festival à l’autre, le groupe s’est soudé jusqu’à cet album feu d’artifice jailli pour vous entrainer vous aussi du théâtre yiddish à la comédie musicale américaine. Du shtetl à New York ». Ivan Levaï

Le Sirba Octet puise sa fougue dans la musique yiddish

CLAIRE WYNIECKI,
La Croix, 11 novembre 2010

« En comédie musicale, on dit :
“On parle ; quand les mots ne suffisent plus, on chante ; et quand le chant ne suffit plus, on danse.”

Le Sirba Octet, d’Europe centrale à Broadway

Christian Merlin,
Le Figaro, octobre 2009

Quand ces musiciens de l’Orchestre de Paris jouent de la musique juive ou celle de Broadway, on n’a pas l’impression d’une greffe qui aurait mal pris. C’est qu’ils arrivent à une synthèse rare entre la rigueur de l’instrumentiste classique et la fantaisie du musicien populaire.

Le yiddish qui pétille

Céline Doukhan,
Les Trois Coups, 6 juillet 2012

On aime bien le côté coquin d’Isabelle Georges, sa façon de mêler clins d’œil à Broadway (le smoking et haut-de-forme, grosse fleur à la boutonnière pour le pétillant I Got Rhythm) et complicité tendre et amusée avec le public et les musiciens.

Sirba Octet & Isabelle Georges

Léa Rozental,
Regardencoulisses.com, janvier 2009

La dernière chanson « Bei Mir Bist Du Scheyn » est un pur bijou où se mêlent l’air traditionnel et la modernité d’Isabelle, qui propose un numéro de claquettes détonnant.

Voyage en musique, toutes les émotions de l’âme yiddish

Serge Carpentier,
La Voix du Nord, 2011

Revisitée avec maestria, leur musique berce et swingue, elle réconforte, elle parle de ces sentiments qui rapprochent les hommes. Tantôt poétique, tendre, poignante ou drôle, elle est un formidable hymne à la vie.

Yiddish Rhapsody

Dan Renier,
Regardencoulisses.com, janvier 2009

Les artistes jouent sur plusieurs configurations, variant habilement le rythme et les registres, entre séquences instrumentales et chantées.

Le yiddish n’est pas seulement une langue. C’est une musique.

Michel Jonasz,
Dédicace, 2009

« Le yiddish n’est pas seulement une langue. C’est une musique. Et cette musique, c’est l’âme d’un peuple, sa culture, son histoire, ses racines, sa façon de vivre et de chanter la vie. Entre rires et  larmes, elle dit la joie d’aimer et le bonheur d’être… Yiddish Rhapsody, pont musical entre le passé et le présent, ce que nous sommes et ce que nous rêvons d’être, ce lien de famille qui nous unit pour toujours »

Sirba Octet & Isabelle Georges

Dan Renier,
Regardencoulisses.com, octobre 2009

[…] L’univers des mélodies yiddish est superbement mis à l’honneur dans Yiddish Rhaspody. […] Le swing ou des séquences de claquettes sont également présents, emportant le spectateur sur des tempos endiablés.

Sirba Octet ou l’émotion pure

Sylvain Fanet,
TGV Magazine, 2009

Une formation euphorique et atypique qui revisite les répertoires traditionnels et, sur scène, met carrément le feu.

Catherine Lara au coeur de l'âme yiddish

Au cœur de l’âme de Catherine Lara

Jean-Luc Caradec,
La Terrasse, 2 avril 2013

Catherine Lara revisite quelques-unes des plus belles chansons de son répertoire, mélodies voyageuses lovées dans de magnifiques arrangements, où la mélancolie n’est jamais très loin des joies de l’enfance, où la rage de vivre et d’aimer voisine avec les plus terribles tourments. Du cœur à l’âme.

Le monde exhumé de Talila et Lara

Alexandra Schwartzbrod,
Libération, 14 décembre 2012

Avec Au cœur de l’âme yiddish, «la rockeuse de diamants» a choisi, elle, de revisiter son répertoire (la Craie dans l’encrier, Nuit magique, Johan…) avec l’ensemble Sirba Octet, de Richard Schmoucler, qui l’accompagnera sur scène à l’Alhambra les 12 et 13 avril.

Actions pédagogiques & actions artistiques

Des ateliers pour sensibiliser petits et grands à la musique classique dans les banlieues

Marine Chassagnon,
Le Figaro, février 2016

Lorsque les baguettes de Iurie Morar frappent pour la première fois le cymbalum, le public enfantin, pourtant bruyant, ne dit plus un mot. Leurs yeux scrutent l’objet avec curiosité. Leurs oreilles sont grandes ouvertes.

Le cymbalum, ce drôle d’instrument présenté à deux classes de 6e du collège Jean-Moulin

Serge Carpentier,
La Voix du Nord, 2016

Ces interventions, réalisées par les artistes invités et de jeunes comédiens, transmettent la compréhension des fondements de la musique. Les artistes improvisent avec les participants des histoires mêlant les ambiances musicales qu’ils entendront au cours de la soirée.

Les Musiques de l’Est dans un concert de poche

juin 2017

Dans le cadre des Concerts de poche, l’école Louis Pasteur se produit vendredi avec de grands nom.

Notes finales pour les Sonates d’automne

X.R.B,
La Nouvelle République, octobre 2016

Le violoniste Richard Schmoucler et le pianiste Cyrille Lehn, membre du Sirba Octet, ont assuré ce rendez-vous de proximité avec le public.